Régis Lejonc au collège

C’est avec bonheur, enthousiasme et impatience que les élèves de 6°2 ont accueilli l’auteur-illustrateur Régis Lejonc, venu pour une deuxième rencontre au collège, mardi 18 mai.
Après quelque temps passé à travailler autour de son œuvre et un nouveau confinement qui a amené chaque élève à écrire son propre journal d’un(e) confiné(e), la classe a pu échanger avec Régis Lejonc sur de nombreux sujets : son travail, ses images, son parcours, son rapport à la lecture, à l’art, au dessin.
Dans un deuxième temps, chaque élève a pu participer à un atelier de pratique artistique et expérimenter une technique d’illustration en bénéficiant des conseils et encouragements de l’artiste.
Une exposition des travaux des élèves en lien avec l’œuvre de Régis Lejonc sera bientôt mise en place par les élèves de la classe au CDI.

 

Quelques mots d’élèves 

J’ai ressenti de la joie car j’attendais ce moment avec impatience depuis notre dernière rencontre. J’ai aimé le voir physiquement. Il a pris le temps de répondre aux questions avec joie et non pas comme s’il se forçait.
On a pu dessiner ce que l’on voulait à partir de règles qu’il nous a données.
J’ai retenu qu’il aime le dessin depuis tout petit, qu’il faisait des tableaux avec de la poussière, de la peinture qu’on utilise pour les maisons… et une fois la peinture et la poussière posées sur le tableau, il faisait les dessins avec ses mains.
T.

J’ai été très heureuse parce que j’adore toutes les illustrations de Régis Lejonc. Quand je lis et regarde ses images, elles expriment un sentiment toujours différent. J’ai adoré l’écouter raconter son histoire, nous dire comment il a débuté et a été encouragé par ceux qui ont acheté ses tableaux. J’ai beaucoup aimé quand nous avons décalqué : il nous a donné plein d’astuces. Il nous a donné envie de continuer à dessiner et à nous améliorer.
E.

J’ai retenu que l’on n’est pas tout le temps obligé de dessiner avec la même technique ou de la même façon. Je me suis amusé à décalquer un faux Will Smith, un éléphant, une fleur, un serpent et des lunettes de Minion. J’aimerais bien le rencontrer une troisième fois.
N.

J’ai éprouvé de la joie parce que j’aime dessiner, mais je n’y arrive pas. Régis Lejonc m’a encouragé.
N.
J’ai beaucoup aimé cette rencontre parce qu’on a passé du temps avec Régis Lejonc et parce qu’on a décalqué : pour une fois, j’ai trouvé que j’avais bien dessiné. Je me souviens d’un moment où il m’a dit : « C’est dingue ! Même si on décalque les mêmes choses, on a tous un trait différent ! » Mais, j’ai été un peu énervée aussi parce que je n’ai pas pu lui poser mes questions alors que j’en avais envie.
O.

J’ai aimé le moment où on a dessiné parce que c’était calme et on devait se concentrer. J’ai aimé qu’il m’ait aidé et donné des conseils.
R.

J’ai retenu qu’il n’avait pas encore trouvé sa manière de dessiner car il essaie toujours différentes techniques.
M.

J’ai ressenti de la joie car pouvoir discuter avec un illustrateur c’est très rare.
J’ai aimé quand il nous a expliqué qu’il n’avait pas pu mettre un dessin dans Le Petit Chaperon Rouge.
Je me rappelle qu’il a expliqué pourquoi il avait changé des images dans La Mer et lui, surtout le bateau qu’il a ajouté sur une image, au loin, pour qu’il n’y ait plus de nostalgie.
M.

J’ai été étonnée d’apprendre que sa famille ne l’a pas soutenu quand il a voulu être illustrateur. Il m’a appris qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves.
J.

Le site officiel du Collège Jean Moulin de Marmande